Scroll Top

La lutte contre les violences faites aux femmes en 2023

Partagez

Le 25 novembre, c’est la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. L’occasion de rappeler qu’il ne faut #RienLaisserPasser..

Récemment, la prise de conscience des violences faites aux femmes s’est accrue. Malheureusement, chaque année, environ 94 000 femmes sont victimes de viol et/ou tentatives de viol. Seulement 12% de ces victimes portent plainte*. Quant aux violences conjugales, elles ont augmenté de 15% en 2022* par rapport à 2021.

A l’occasion de la Journée internationale de la lutte contre la violence faite aux femmes, Tous au Web s’associe à la Ville de Bagneux (92) pour sensibiliser à cette cause.

#NeRienLaisserPasser

*source:  arretonslesviolences.gouv.fr

affiche Journée internationale contre les violences faites aux femmes

IDENTIFIER: les différentes formes de violences faites aux femmes

dessin de femme anxieuse

« Mes parents veulent me présenter un homme que je n’ai jamais rencontré. » 

« J’en ai assez des remarques dégradantes et sexistes de mon collègue. »

« Il n’arrête pas de m’envoyer des nudes alors que je lui ai demandé d’arrêter. »

Pour pouvoir dire « stop », il est essentiel de reconnaître ces différentes formes de violence. La Déclaration de l’ONU de 1993 sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes** la définit comme « tous actes de violence dirigés contre le sexe féminin, causant ou pouvant causer aux femmes un préjudice ou des souffrances physiques, sexuelles ou psychologiques.  Cela comprend « la menace de tels actes, la contrainte ou la privation arbitraire de liberté […] ». S’ajoutent les violences numériques.

Elles peuvent apparaître :

– Dans la sphère privée : violence domestique, viol conjugal, inceste et violence faite aux enfants de sexe féminin, mariage forcé, mutilations génitales …

– Dans la sphère publique : propos sexistes, comportements dégradants, intimidations au travail, harcèlement de rue, agressions, attouchements dans les transports publics, cyberharcèlement et harcèlement scolaire…

Il est essentiel que toutes les femmes reconnaissent ces formes de violence pour protéger leur intégrité physique et morale.

**source: Nations Unies

Violences conjugales :

Un outil d’auto-évaluation existe, le violentomètre, avec 3 questions rapides à se poser pour repérer les comportements violents dans le couple. Créé en Amérique Latine, il a été adapté en 2018 par l’Observatoire des violences en Seine-Saint-Denis et à Paris, et l’association Avant Toute(s).

violentomètre

PROTEGER: les dispositifs mis en place

Les victimes sont invitées à se confier à une personne de confiance, à un professionnel de santé, à une assistante sociale ou à une association spécialisée dans cette lutte.

Le gouvernement a également mis en place des numéros et des services d’urgence disponibles 24h/24, 7j/7 :

Le 17 (la police et la gendarmerie)

Le 112 (numéro européen d’appel d’urgence)

Le 3919 – Violences Femmes Info, le numéro d’écoute, d’information et d’orientation. Ce numéro national de référence – anonyme et gratuit – destiné aux femmes victimes de violences, à leur entourage et aux professionnels de santé

Le site arretonslesviolences.gouv.fr, où l’on peut trouver de l’aide comme victime, témoin ou professionnel.

La plateforme numérique de signalement des violences et d’accompagnement des victimes. Ce tchat est anonyme et gratuit, accessible 24h/7j et permet de d’échanger avec les forces de l’ordre.

La base de données des associations nationales aptes à apporter une aide spécifique aux victimes.

Numéros d'urgence pour les victimes de violences : 3919 (aide et écoute), 17 (Police Secours), SMS au 114, site arretonslesviolences.gouv.fr

Le département du 92 et la ville de Bagneux ont créé un numéro d’urgence géré par la Maison de garde intercommunale  : 01.47.91.48.44.

La ville de Bagneux dispose d’un réseau associatif qui s’engage auprès de ces femmes en détresse. Tous au Web met à votre disposition la liste de ces associations.

ALERTER: les secrets pour alerter quand on est victime de violences conjugales

Pendant le confinement, les violences conjugales ont augmenté de 30% selon la secrétaire d’état à l’égalité hommes-femmes. À cette période sont nés des gestes et des codes secrets d’alerte pour les femmes victimes de violence.

Elles peuvent signaler leur situation en visioconférence en levant leur paume de la main les doigts tendus avec un point noir au centre de celui-ci.

Une variante canadienne consiste à lever la paume de la main les doigts toujours tendus puis à les refermer sur le pouce.

Autre code secret : les femmes peuvent se rendre en pharmacie et prononcer la formule « masque 19 ». Dans ce cas, le pharmacien appelle directement les forces de l’ordre pour une intervention d’urgence.

AIDER: le rôle de l'entourage

La violence est l’affaire de tous. Si vous êtes témoin ou si vous soupçonnez des actes de violence à l’égard d’un proche, il est important d’agir.

Dans un lieu public, votre intervention dépendra de la dangerosité de la situation. Le meilleur choix est de contacter la police ou la gendarmerie. Quand vous constatez qu’une femme est suivie dans la rue, il suffit parfois de l’aborder comme si vous la connaissiez depuis longtemps, cela décourage souvent les “suiveurs” de constater qu’elle n’est pas seule. Parfois, c’est elle qui viendra vers vous.

Sur internet, la haine sexiste est malheureusement très présente. Une enquête de l’ONU en 2015 indique que 73% des femmes ont déjà été exposées à de la cyberviolence sexiste*. N’oubliez pas de signaler les commentaires haineux aux plateformes des réseaux sociaux.

Si une victime vient se confier à vous, une attitude sans jugement est importante. La victime a besoin d’une oreille attentive. Même si elle refuse votre aide au départ, le fait de savoir que vous connaissez sa situation peut l’encourager à se tourner vers vous plus tard. Vous pouvez trouver des conseils sur le site  arretonslesviolences.gouv.fr

Vous pouvez lui communiquer les coordonnées des services et associations d’aide aux victimes.

Parfois, vous pouvez manquer de preuves mais des signes peuvent témoigner d’une situation de violence. Ceux-ci peuvent être variés : isolement, dépression, marques sur le corps ou sur le visage, évitement de certains sujets liés à son couple, attitude défensive

Dans tous les cas, créez une atmosphère de confiance tout en respectant le libre arbitre de la victime.

*Pour en savoir plus, voir #SalePute, un documentaire sur la haine des femmes sur internet.

SENSIBILISER: la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes

Sur le site des Nations Unies, vous trouverez de nombreux articles, récits, ressources internationales et le hashtag #PASDEXCUSE.

Au niveau local, à Bagneux :

Du 21 au 25 novembre 2023, la ville de Bagneux et les associations balnéolaises se mobilisent. Des conférences, des projections et des groupes de paroles sont organisés dans toute la ville. Onze boulangeries balnéolaises distribueront des sachets floqués d’un violentomètre afin d’autoévaluer sa relation de couple. Retrouvez le programme de la municipalité sur le site de la Ville de Bagneux.

Vous trouverez également une liste des associations balnéolaises qui interviennent en cas de violences faites aux femmes, à télécharger .

affiche "Bagneux engagée contre les violences faites aux femmes"
Partagez

Publications similaires

Laissez un commentaire